Au Bois de Boulogne, en marge du Jardin d’Acclimatation, près de la porte des Sablons, le nouveau bâtiment de la fondation Louis Vuitton, de l’architecte Franck Gehry, côtoie le Musée des Arts et Traditions Populaires, des architectes Michel Jausserand et Jean Dubuisson, datant de 1972. Advertisements

Ce billet entend proposer des réflexions de synthèse sur le séminaire de recherche intitulé Image projective, qui s’est tenu mensuellement entre janvier et juin 2013, dans le cadre des activités du Lhivic, sur une initiative de Marie-Madeleine Ozdoba (architecte et doctorante EHESS) et Raphaële Bertho (MCF, Bordeaux 3).

Je reproduis ici le texte de mon intervention à la table ronde «Images de synthèse et photographies en architecture : Réalité, réalisme, fiction ?» organisée le 5 juin 2013 à la Cité de l’architecture et du patrimoine

“Les mégapoles prennent le large. Avec le réchauffement climatique, villes et territoires côtiers vont être submergés”. C’est en ces mots que le dernier numéro hors série du Monde consacré à la prospective technologique, co-dirigé par Alain Abellard et Hervé Morin, introduit la section Urbanisme – Horizon 2100 .

A des degrés divers, l’image d’architecture semble être toujours à la fois outil de figuration au service de l’élaboration du projet, et outil de séduction, destiné à permettre au public de se projeter

Entre la fin des années 1930 et la fin des années 1970, Julius Shulman (1910-2009) a photographié les réalisations de deux générations d’architectes modernistes en Californie, dont Richard Neutra, Raphaël Soriano, Charles Eames, Eero Saarinen

Séminaire de recherche du Laboratoire d’Histoire Visuelle Contemporaine – Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales organisé par Raphaële Bertho, maître de conférences (Bordeaux 3), chercheuse associée au LHIVIC et Marie-Madeleine Ozdoba, architecte, doctorante au LHIVIC.